News

Entre art, artisanat et littérature : les tapisseries accueillies au Palazzo Vendramin Grimani

24 mai 2021

Pour la première ouverture au public, la Fondazione dell'Albero d'Oro accueille une collection de tapisseries de fabrication française des XVIe et XVIIe siècles. Ces œuvres, dont la fonction, en plus d'être décorative et festive, était d'isoler les grandes pièces difficiles à chauffer en hiver, étaient souvent organisées par cycles.
Plusieurs tapisseries, ayant un thème ou une histoire commune, décoraient les murs des palais de manière organique.
Deux tapisseries de la sélection exposée dans le palais sont inspirées du poème épique La Jérusalem délivrée de Torquato Tasso (1544-1595), dont la première édition complète a été imprimée en 1581.
Lors de la première croisade (fin du XIe siècle), destinée à libérer la Terre Sainte de la domination musulmane, Godefroy de Bouillon (vers 1058-1100) est placé à la tête de l'armée chrétienne envoyée pour reconquérir Jérusalem, prise en 1099. Sur cette mission, Tasso a greffé des histoires sentimentales et des faits magiques qui ont contribué à l'immense succès du poème dans toute l'Europe.

Armide devant Godefroy de Bouillon

Armide devant Godefroy de Bouillon

La scène, tirée du canto IV (25-96) du poème, s'inspire des dessins de Bernardo Castello (1557-1629) gravés par Camillo Cungi (1557-1629). La tapisserie représente le moment où la sorcière musulmane Armide, envoyée dans le camp chrétien par le roi de Damas, tente de séduire Godefroy dans le but de l'emprisonner et de neutraliser les croisés. La sorcière raconte à Godefroy sa vie (inventée) et lui demande de l'aider avec ses troupes. Goffredo refuse son aide mais laisse ses croisés libres de décider de son sort. Les croisés l'escortent hors du camp chrétien.

Armide enlève Renaud

Armide enlève Renaud

La tapisserie suivante, inspirée de la caricature de Simon Vouet (1590-1649), est tirée du chant XIV, strophe 68 du poème épique. Après la rencontre entre Armide et Godefroy de Bouillon, le chevalier Renaud tombe sur le groupe de chevaliers qui, tombés sous le charme de la sorcière Armide, sont devenus ses esclaves. Renaud attaque l'escorte et libère ses compagnons. Pour se venger, la sorcière charme le héros avec un discours qui le fait tomber dans un profond sommeil, mais alors qu'elle s'apprête à le poignarder, elle tombe amoureuse de lui. La scène représentée sur la tapisserie montre le moment où Armide lie Renaud endormi avec des "chaînes lentes mais très tenaces" faites de plantes et de fleurs, et, avec l'aide d'une servante, le hisse sur son chariot magique pour le transporter sur l'île enchantée.

Avez-vous remarqué que les armoiries des Grimani dell'Albero d'Oro comportent une croix ? Il semblerait que ce soit Godefroy de Bouillon lui-même qui ait rendu hommage avec ce symbole à un Grimani ayant participé à la croisade, en reconnaissance de sa défense de la chrétienté.